Les sites du patrimoine

Eglise Saint-André (Antrain)

Alain Barbetorte, petit fils du dernier roi de Bretagne repousse les Normands en 939 : cette victoire conduit à la libération de la Bretagne. Un sanctuaire placé sous le patronage de saint André est alors élevé à Antrain.
L’église édifiée à l’emplacement du lieu de culte primitif est donnée aux abbayes de Saint-Florent en Anjou et de Marmoutiers en Touraine au cours des XIe et XIIe siècle. Au XIIIe siècle, elle passe à l’évêque de Rennes.
De l’époque romane subsiste l’essentiel de la nef et du transept ainsi que l’abside du bras nord. L’église et le chevet sont repris au XVIe siècle, le millésime 1542 porté sur une sablière de la nef en atteste. La partie haute du clocher et la sacristie sont du XVIIIe siècle. Enfin la chapelle nord qui donne sur le chœur est érigée fin du XIXe, début du XXe siècle.
Parmi les éléments les plus remarquables de l’église, la porte sud de la nef, appelée « Porte des femmes », tire son nom du fait que les femmes la franchissaient pour leurs relevailles après leur accouchement.

Plan
Satellite
Relief
Mixte
Eglise Saint-André (Antrain)